fond_musee_pet_or9.gif
Les variantes
La boule de fort








Autant la pétanque est exubérante, avec ses joueurs discutant violemment sur les petites places du midi, autant la boule de fort est calme, image de sa région, la Touraine, l’Anjou, jardins de la France.
On pense aussitôt aux innombrables chateaux magnifiques, mais on ignore un peu qu’aussi nombreuses sont les sociétés de boules. Le petit village de Beaufort n’en compte pas moins de six par exemple. Les terrains de jeu sont installés dans de longs bâtiments aux toits couverts d’ardoises et aux murs percés de nombreuses fenêtres. De l’extérieur on dirait plutôt un atelier ou une étable. la surprise en est d’autant plus grande d’y découvrir un jeu parfaitement entretenu, d’une propreté méticuleuse, où règne un silence paisible, à peine troublé par les murmures venant de la buvette voisine.

Le jeu et les boules
   
Les boules et le jeu ont de nombreuses similitudes avec les bowls anglais ou les bollenspelen flamands. Le maître, presque identique au jack anglais est poussé du pied entre deux lignes transversales peintes sur le terrain. Le jeu est large d’environ 6 metres et long de 20 à 28 metres. Il est légèrement concave. les parties se jouent en 10 ou 12 points, à 2 contre 2 ou 3 contre 3.
la particularité, c’est le côté dissymétrique de la boule, avec un coté plus lourd, le côté du fort. Quand on joue la boule elle est tenue par son fort et en ralentissant c’est de ce côté qu’elle penchera pour finir son parcours. Elle pèse environ 1,5 kg et mesure de 10 à 13 cm de diamètre. Fabriquée en bois de cormier ou en synthétique, elle est  cerclée de fer pour la solidité et son prix monte en conséquence jusqu’à 130 euros et plus.
   
Avant d’entrer sur le jeu, particulièrement lisse, en matière synthétique de nos jours, les joueurs chaussent des pantoufles afin de ne pas abimer le terrain. Le joueur essuie sa boule, la polit consciencieusement puis la fait glisser doucement vers le maître. Tout se passe dans le silence avec même une sorte de recueillement. Les commentaires à voix basse ne sont parfois que de simples soupirs. Puis tout change quand le tireur entre en jeu pour déloger une boule adverse trop bien placée. La boule, lancée impitoyablement bouscule tout sur sa trajectoire souvent parabolique et bouleverse completement le jeu. Le sang-froid des joueurs est véritablement impressionnant. “Ce jeu, ça calme !” disent les joueurs.

L’origine de la boule de fort pourrait bien venir des conflits perpétuels entre les anglais et les français qui introduirent ainsi le bowl anglais et l’adaptèrent. Quant à l’origine de la boule elle-même, on la connait plus précisément. Au XVIIe siècle, il y avait dans cette région des bords de Loire plus de deux cents moulins à vent qui fonctionnaient avec des roulements à billes de bois de cormier qui s’usaient de manière dissymétrique. Les historiens prétendent que des prisonniers espagnols de Louis XV jouaient avec ces boules dans les fossés creusés au cours des travaux, d’où la forme concave du jeu.

Une curiosité à mentionner : c’est à la société “L’Union” de Brion que l’on peut admirer la plus grosse boule de fort jamais fabriquée : elle pèse la bagatelle de 183 kgs pour un diamètre de 83 cm et uns épaisseur de 60 cm !
ro_musee1.gif
ro_histoire1.gif
ro_variantes1.gif
ro_petanque1.gif
ro_fabrication1.gif
ro_humour1.gif
ro_faits_divers1.gif
ro_monde1.gif
ro_art1.gif
ro_fanny1.gif
ro_archives1.gif
ro_contact1.gif
ro_liens1.gif
drap_gb1.gif
Association
Musée de la Boule
Maison de la Boule
4, place des 13 Cantons
13002 Marseille
tèl: +33 (0)4 88 44 39 44
info@laboulebleue.fr
facebook_logo.png
Page facebook
de la Maison
de la Boule
Création du site :
AS web design
boule_bleues1.gif
boule_fort3v.jpg
boule_fort5v.jpg
boule_fort1v.jpg
ro_retour1.gif